En 1972, Audemars Piguet, alors au bord de la faillite, sort la Royal Oak : la première montre de sport de luxe. Elle est née sous le crayon de Gerald Genta, designer de génie, qui a avoué s’être inspiré d’un casque de plongée. Entièrement en acier, elle arbore un dessin totalement inédit pour l’époque : lunette octogonale, vis apparentes, angles saillants, verre plat, cadran au motif Clous de Paris et bracelet acier intégré. Mais si la Royal Oak constitue le Graal de nombreux collectionneurs, son prix et sa disponibilité en ont refroidi plus d’un. C’est pourquoi le Petit Poussoir vous propose cette sélection de 10 alternatives, plus accessibles, qui puisent toutes leur inspiration dans ce modèle culte.

1. D1 Milano Automatic

Les montres D1 Milano reprennent certains principes de design de la Royal Oak : lunette octogonale, bracelet intégré et angles saillants. Le modèle « Automatic » arbore un boîtier et un bracelet en acier brossé, alors que les biseaux de la lunette sont polis. Le cadran, simple et épuré, arbore des index bâtons appliqués ainsi qu’un guichet dateur. Une couronne hexagonale complète cet ensemble à la fois chic et sportif. Avec seulement 9,5mm d’épaisseur pour 41,5mm de diamètre, la D1 affiche une ligne très flatteuse. Avec son mouvement automatique signé Seiko et son rapport qualité/prix vraiment avantageux, elle constitue une première alternative très intéressante. Son prix : 545€

2. Michel Herbelin Cap Camarat

La maison française Michel Herbelin possède elle aussi dans sa collection un modèle sport-chic en acier : la Cap Camarat. Inspirée par la Riviera Française, elle se distingue tout d’abord par un superbe cadran strié de rainures horizontales qui n’est pas sans rappeler la Patek Philippe Nautilus. Son boîtier de 40,5mm de largeur arbore aussi une lunette parfaitement circulaire et brossée verticalement, dont les 6 vis apparentes sont alignées avec les indexes correspondants. Le boîtier et son bracelet intégré sont en acier brossé. Animée par un mouvement automatique suisse, le Sellita SW200-1, la Cap Camarat réinterpréte le sport-chic à travers son univers marin et constitue la seule alternative « made in France » de notre sélection. Son prix : 790€

3. Davosa Titanium

Avec la Titanium, la maison horlogère suisse Davosa propose un modèle aux dimensions survitaminées : 46mm de diamètre pour 13,9mm d’épaisseur. Heureusement, comme son nom l’indique, son boîtier en titane lui garantit un poids plume. L’épaisse lunette à 8 facettes est vissée grâce à 12 vis apparentes. Elle entoure un cadran chargé mais parfaitement lisible, grâce à un très bon jeu de contrastes puis à d’épais index. Le bracelet, en cuir ou en silicone, est intégré aux cornes courtes du boîtier. Animée par un mouvement automatique nommé DAV3021 (soit un  ETA 2824-2), la Titanium dégage une impression de robustesse et de solidité tout comme les montres de la collection Offshore d’Audemars Piguet. Sans aucun doute, la plus musclée de notre sélection. Son prix : 978€

4. Maurice Lacroix Aikon

L’Aikon de Maurice Lacroix emprunte de nombreux codes à la Royal Oak. Le bracelet intégré à double lien, le cadran aux motifs clous de Paris, le boîtier aux angles saillants…Mais elle se distingue aussi par une lunette peu courante. Parfaitement circulaire, celle-ci arbore 6 cavaliers soit des petites pattes d’acier poli placées toutes les 10 minutes qui donnent une touche d’originalité à ce modèle. Purement ornementaux, ces cavaliers s’accordent parfaitement avec les liens du bracelet. La Aikon est dotée d’un mouvement maison, ou presque : le ML115, un calibre Sellita SW200 modifié. La finition est exemplaire et Maurice Lacroix propose là un modèle au rapport qualité/prix intéressant. Son prix : 1,690€

5. Dietrich TC-1 SS

La TC-1, c’est avant tout un design osé, résolument moderne avec 8 vis retenant une lunette hexagonale aussi épaisse que la carrure du boîtier. Le cadran arbore un centre en nid d’abeille, ainsi que des index dont les formes inédites épousent les 6 angles. Le chemin de fer de la minuterie contourne deux empiècements, à 12h et 6h, où sont inscrits la marque et le modèle de la montre. La TC-1 affiche un diamètre de 43,5mm, largement compensé par sa faible épaisseur (9,3mm). Mais la vraie vedette de cette montre reste sans aucun doute son bracelet : constitué d’une structure à 3 maillons hexagonaux d’acier brossé, c’est une vraie réussite à lui tout seul. Au final, la Dietrich TC-1 SS est une montre qui a de la gueule et qui ne laissera personne indifférent. Son prix : 1800CHF

6. Hublot Classic Fusion

Avec la Classic Fusion, Hublot présente un modèle à la fois épuré et sportif. Entièrement en titane pour plus de légèreté, elle alterne entre brossage et polissage avec un excellent contraste. Les angles saillants des cornes tranchent avec le galbe des flancs de la carrure puis de la lunette circulaire. Celle-ci est fixée grâce à 6 vis en forme de « H ». On retrouve d’ailleurs cette lettre, logo de la marque, sur le contrepoids de la trotteuse. Le cadran soleillé fait preuve d’une sobriété exemplaire, seulement ponctué de douze index facettés. Le modèle se décline en 4 tailles (33-38-42-45mm) ainsi que dans une large gamme de couleur, dont un vert olive peu commun mais très réussi. Animée par le mouvement maison HUB1112 (Sellita SW300 modifié), la Classic Fusion mise sur un style plus épuré que la Royal Oak et adopte un côté plus chic que sportif. Son prix : 7,600€

7. Girard Perregaux Laureato

Tout comme la Royal Oak, les origines de la Laureato remontent aux années 70. D’emblée, elle apparaît comme une version plus raffinée que le modèle proposé par Audemars Piguet. Sa lunette est octogonale certes, mais elle est posée sur un socle circulaire en acier poli, ce qui adoucit ses formes. Le boîtier, dont le diamètre varie entre 34mm et 44mm selon les versions, présente également des angles moins saillants. Le bracelet fait dans l’élégance avec ses maillons centraux en acier poli et un rendu global moins brut. Le cadran quant à lui n’a rien à envier à celui de la Royal Oak : il reprend le même guillochage façon clous de Paris, ce qui lui donne une profondeur et une luminosité vraiment remarquables. Son mouvement est bien entendu manufacture, le calibre GP 03300-0132. Avec seulement 10mm d’épaisseur, la Laureato joue donc la carte du raffinement sportif avec brio. Son prix en 42mm : 10,600CHF

8. Piaget Polos S

Sortie en 2016, la Polo S signe le grand retour de Piaget dans l’univers des montres sport-chic. Mélangeant avec aise l’acier poli et l’acier brossé, elle présente une ligne à la fois décontractée et élégante, notamment grâce à ses angles adoucis. La large lunette, en forme de coussin, encadre un magnifique cadran strié de lignes horizontales offrant des jeux de lumière des plus flatteurs. Les index sont courts et de forme trapézoïdale, tout comme le guichet dateur à 6h. Le contrepoids de la trotteuse est finement ciselé du « P » de la marque. Un vrai régal ! Avec ses 42mm de diamètre, la montre est confortable grâce à son boitier galbé et sa faible épaisseur (seulement 9,2mm). Animée par le mouvement maison 1110P, la Polo S est une vraie montre de haute horlogerie et la preuve que Piaget excelle dans d’autres domaines que les montres ultra-plates. Son prix : 10,900€

9. Bulgari Octo Finissimo

La Finissimo est à mi-chemin entre la montre de haute horlogerie et la pièce de mode. Toute en angles saillants et en lignes droites, elle n’offre qu’une seule courbe : sa lunette circulaire. Le cadran octogonal, signature de la marque, est volontairement épuré pour laisser apprécier sa forme peu commune. Le bracelet extra-large est constitué de maillons fins, qui renforcent encore les lignes tendues de ce modèle. La Finissimo doit son nom à sa très faible épaisseur de 5,15mm. Cet exploit est rendu possible par l’emploi du mouvement manufacture BVL 138 à micro-rotor en platine. Visible au dos de la montre au travers d’un fond transparent, c’est une petite merveille à lui tout seul. Dessinée comme un accessoire de haute-couture italienne, la Finissimo est une véritable icône. Son prix : 13,900€

10. Vacheron Constantin Overseas

Avec Patek Philippe et Audemars Piguet, Vacheron Constantin constitue la « sainte trinité » de l’horlogerie suisse. Créée en 1996, l’Overseas est un modèle phare de la manufacture genevoise. La croix de Malte, emblème de la marque, donne sa forme si particulière à la lunette et aux maillons du bracelet de l’Overseas. Le cadran, épuré en son centre, arbore une double minuterie à sa périphérie, comme pour rappeler les inspirations maritimes du modèle. Frappée du poinçon de Genève, la plus haute distinction en terme de qualité horlogère suisse, l’Overseas présente une finition au-delà de tout soupçon. La masse oscillante en forme de rose des vents, visible à travers le fond transparent, est une œuvre d’art à elle seule. Elle fournit l’énergie au mouvement maison, le calibre 5100, lui-même magnifiquement décoré. Dotée d’une identité visuelle très forte, l’Overseas est une montre culte, au même titre que la Royal Oak ou la Nautilus. Son prix : 20,100€