La dernière édition du Baselworld s’étant terminée il y a quelques jours à peine, il est temps de faire un petit bilan. Ce n’est un secret pour personne, l’industrie horlogère ne va pas bon train : les ventes sont faibles, les marges sont moindres à cause des fluctuations du franc suisse, les marchés émergents stagnent et les grandes marques ne semblent pas trouver de solutions pour répondre aux nouvelles attentes d’un marché en pleine évolution, voire de crise. Malgré tout, les amateurs ont bien été servis cette année, même si rien d’extraordinaire n’a en règle générale été présenté par les grandes manufactures horlogères. La tendance est clairement au vintage avec des rééditions de modèles historiques, des boîtiers qui diminuent en taille ainsi que des prix plutôt compétitifs. Les grands prennent moins de risque et c’est tant mieux (en même temps, ils s’étaient déjà lâchés au SIHH en début d’année). Voici donc un petit récapitulatif des montres incontournables du Baselworld 2017 :

Rolex Oyster Perpetual Sea-Dweller

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Même si Rolex a dévoilé une multitude de nouveautés, notamment au niveau des matières, c’est surtout la nouvelle Sea-Dweller qui a fait parler d’elle. Rien de révolutionnaire en soi, mais marquant au niveau de l’histoire de Rolex. Ce modèle originellement lancé 60 années auparavant affichait une étanchéité de 610 mètres, soit plus du triple de la Rolex Submariner de l’époque, grâce à une construction plus épaisse ainsi que la présence d’une valve à hélium. Ce modèle dédié aux professionnels de la plongée revoit donc le jour en 43mm de diamètre, une taille plus grande que tous les modèles (sauf la Deep-Sea) de la gamme depuis ses débuts. La lunette avec un insert en Cerachrom noir arbore des marquages avec une fine couche de platine tandis qu’index et aiguilles sont remplis de Chromalight bleu. Pour la première fois, ce modèle se voit équipé d’une loupe cyclope, puis le nom « Sea-Dweller » revient sur le cadran, en rouge de surcroît. Le tout est propulsé par le calibre 3235 lancé en 2016 par Rolex affichant une réserve de marche de 70 heures, et dispose d’une étanchéité de 1220 mètres. Prix public : 10 400€

Rolex Cellini Moonphase

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Même si c’est un peu le vilain petit canard de chez Rolex, la nouvelle Cellini a grandement marqué les esprits. Ce modèle plus fin et élégant de la marque genevoise relancé en 2014 se voit désormais équipé d’une complication à phases de lune. Une complication qui ne s’était pas vue depuis les années 1950 chez Rolex ! Sur un plan astronomique, cette dernière est précise sur 122 ans et indique les phases via deux lunes qui viennent prendre place sous un indicateur à 12 heures dans le compteur: la nouvelle lune (cercle fin) et la pleine lune (applique en météorite), toutes deux entourées d’étoiles sur un disque émaillé. Pour compléter le tout, une quatrième aiguille indique les quantièmes sur le pourtour du cadran. Ces deux complications se règlent via un bouton positionné à 8 heures sur le boîtier en or Everos 18 carats. Prix public : 24 550€

Omega Speedmaster, Seamaster & Railmaster : la Trilogie de 1957

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette année sonnait les 60 ans de la Speedmaster, on savait donc que quelque chose allait être présenté. Mais Omega a préféré marquer le coup en dévoilant trois modèles fidèles aux originaux : une Speedmaster 60ème anniversaire, une Seamaster 300 et une Railmaster. La première reste équipée du calibre mécanique à remontage manuel 1861 tandis que les deux autres se voient certifiées METAS. Chaque modèle de cette « Trilogie de 1957 » sera édité en 3557 pièces, puis un coffret contenant les trois sera fabriqué en 557 exemplaires. Au programme : boîtiers et bracelets en acier inoxydable, verre hesalite bombé, fond noir façon « tropical dial » avec aiguilles « broad arrow » et index couverts de SuperLuminova « old radium ». Chacune est habillée d’un logo Omega différent et dispose d’une boucle au design rétro. Prix public : 6 700€, 6 500€ et 6 300€

Longines Heritage 1945

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Encore un bel exemple de retour aux sources avec cette montre Longines Heritage 1945. Avec son style à la Calavatra tout droit venu des années 40, ses tons beiges et cuivrés ainsi que ses aiguilles bleuies de type feuille, elle respecte parfaitement les codes de l’époque avec élégance et en toute simplicité. Son cadran est jonché d’une alternance de chiffres arabes et de cabochons argentés avec une seconde déportée, le tout recouvert d’un verre saphir bombé traité anti-reflets. Son boîtier de 40mm renferme un mouvement automatique, calibre L600.3 (ETA 2895/2) avec une réserve de marche de 42 heures. Le tout est monté sur un bracelet en cuir nubuck beige. Pour la petite histoire, c’est à la suite d’une photo Instagram de Ben Clymer, fondateur du célèbre site Hodinkee, que l’originale a tapé dans l’oeil de la marque qui n’avait pas ce modèle dans son musée. Ni une ni deux, une réédition s’est mise en développement et le résultat est superbe ! Prix public : environ 1 700€

Tissot Heritage 1948 Chronograph

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tissot n’a pas véritablement fait des vagues, mais ce simple chronographe a fait une très bonne impression. La Tissot Heritage 1948 Chronograph est une pièce inspirée d’un modèle vintage tiré des archives de la marque. Son boîtier de 39,5mm de diamètre par 11,9mm d’épaisseur arbore des cornes tordues et dévoile un cadran argenté opalin qui joue subtilement avec la lumière. Tout comme la Longines, cette montre arbore de petits cabochons faisant office d’index ainsi que des chiffres arabes appliqués à midi. Petit détail étrange cependant, le guichet de date placé à 4 heures qui crée un petit décalage. Une fois la montre retournée, ce modèle dévoile un fond partiellement transparent donnant vue sur un calibre automatique ETA 2894-2. Prix public : 1 400€ environ

TAG Heuer Autavia

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si vous êtes fan de TAG Heuer, vous avez probablement voté en ligne l’année dernière pour élire la nouvelle Autavia parmi 16 designs historiques. Choisi par le public, ce chronographe iconique est une réédition du modèle 2446 porté par le champion de Formule 1 Jochen Rindt. Cette montre TAG Heuer Autavia arbore un boîtier de 42mm (contre 39mm pour l’originale) plus épais avec une lunette marquée sur 12 heures ainsi qu’un cadran panda inversé jonché de SuperLuminova beige. Elle est animée par un mouvement automatique, calibre Heuer 02, avec 80 heures de réserve de marche. Le tout est monté sur un bracelet en cuir de veau vieilli ou en acier à 7 rangs « grains de riz » inspiré des années 1960. Prix public : à partir de 4 600€

Bell & Ross BR-X2 Tourbillon Micro-Rotor

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est l’une des montres les plus impressionnantes de cette sélection, mais également du Baselworld 2017. Cette Bell&Ross BR-X2 Tourbillon Micro-Rotor focalise toute sa construction sur son mouvement qui est entièrement dévoilé de part et d’autre. Celui-ci a été développé avec le fabricant suisse MHC et indique les secondes via le tourbillon. Les index et aiguilles façon Gerald Genta sont superposés sur la partie supérieure du pont et remplies de SuperLuminova, le tout finement satiné pour un rendu sans éclat. Son boîtier de 42,5mm est positionné entre deux couches de verre saphir méticuleusement usinées, le fond étant directement connecté au mouvement. Le tout est monté sur un bracelet gris en alligator. Prix public : 65 000€ environ