Aujourd’hui nous allons nous intéresser d’un peu plus près la Glycine Airman, une montre mythique que vous avez déjà croisé sur Le Petit Poussoir. Vous ne vous en souvenez pas ? Vous étiez probablement en train de déguster un délicieux mojito au bord de votre piscine à la recherche de votre prochaine CHI (compulsion horlogère impulsive). Il s’agissait des 5 montres pour profiter pleinement de l’été. Cette fois-ci, focus sur l’originale, celle qui encore aujourd’hui donne ses lettres de noblesse à la marque et aux montres dites « d’aviation ».

Montre-mythique-Glycine-Airman-1953-1

Glycine étant une petite marque indépendante peu médiatisée, un bref historique s’impose. Fondée en 1914 par Eugène Meylan à Bienne, Glycine ou « La Glycine » a toujours été indépendante et ce même après 100 ans d’activité ininterrompue. Très vite, Glycine se démarque par son désir d’innovation et figure parmi les premières à développer son propre mouvement automatique dans les années 1930. Elle connaît le succès grâce aux petits mouvements précis qu’elle fabrique pour les montres dames d’autres maisons en parallèle de ses propres collections. En 1953, Glycine révolutionne la montre d’aviateur avec « Airman », sa collection emblématique. La Maison a su traverser la crise du quartz et en ressortir grandie grâce à l’amélioration des procédés technologiques comme le plaquage de l’or. Dans les années 1990, Glycine lance ses gammes « Combat », « Incursore » et « F104 » afin de pérenniser encore un peu plus son héritage aéronautique. Présent chaque année à Baselworld depuis 1938, la maison pourrait bien nous réserver encore quelques surprises cette année pour sa 78ème participation consécutive.

Montre-mythique-Glycine-Airman-1953-2

Les débuts de la Airman

Revenons en 1953, Glycine cherche alors un moyen de décoller pour s’imposer sur un marché déjà fortement concurrentiel. Ce nouvel élan viendra de Sam Glur, Directeur Commercial de la marque, qui lors d’un voyage entre Bangkok et Calcutta recueillit les doléances du pilote concernant les exigences auxquelles devaient répondre une montre d’aviateur. D’après lui, cette montre n’existait tout simplement pas. «La Tissot Navigator ne correspond pas du tout au besoin que nous avons » Chat Brown, pilote à l’origine de la Glycine Airman. Voici la liste des exigences :

  • Mouvement automatique
  • Affichage de la date
  • Aiguille des heures tournant en 24 heures et non 12 comme les modèles de l’époque
  • Aiguille des minutes tournant en 60 minutes
  • Aiguille des secondes tournant en 60 secondes
  • Une fonction « stop seconde » pour synchroniser la montre
  • Une lunette externe permettant l’affichage d’un second fuseau horaire gradué en 24 heures

Montre-mythique-Glycine-Airman-1953-3-2

L’idée leur vient alors de fabriquer cette montre « parfaite » à petit prix afin de la vendre aux compagnies d’aviation civile et militaire dans le but d’équiper, à terme, l’ensemble des pilotes. S’en suit alors une collaboration entre les designers de Glycine et plusieurs pilotes, un leitmotiv repris fièrement par la marque au cours de son histoire.