Aujourd’hui, nous sommes heureux de vous faire découvrir une belle petite marque horlogère française en compagnie de son co-fondateur. March LA.B, soit vous ne connaissez pas, soit vous en avez vaguement entendu parler ou soit vous avez radicalement tourné la tête devant l’une de leurs montres. Plus qu’une marque, c’est un style de vie, une philosophie que les gens du Sud Ouest connaissent bien ; cette cool-attitude qui rappelle la Californie mais à la française. Et oui messieurs, Biarritz et compagnie, ce n’est pas juste une station balnéaire où surfer l’été. Aller, plutôt que de nous étaler, passons directement aux questions avec Alain Marhic !

Interview-Alain-Marhic-March-LA.B-7

LPP : Bonjour Alain et merci de nous accorder un peu de votre temps. Connaissiez-vous Le Petit Poussoir avant que nous vous contactions ?

AM : Oui j’en avais entendu parler mais honnêtement je n’avais pas été en profondeur dans votre site…

LPP : En quelques mots, qui est Alain Marhic ?

AM : Je suis passionné, amoureux du produit et fermement décidé à laisser une belle trace dans ce monde.. Horloger mais pas que…

Interview-Alain-Marhic-March-LA.B-3

LPP : Dites-nous, quand avez-vous commencé à vous intéresser aux montres ?

AM : J’aimais beaucoup les montres de sport comme Seiko mais je n’étais qu’un béotien de l’horlogerie ! Ceci avant que je ne travaille pour Quiksilver sur le développement du programme montres. Des montres des marées, pour surfer et assez casual… qui m’ont amenées à fréquenter Bale chaque année. C’est là que j’ai commencé à regarder et comprendre les tocantes…en décortiquant le grand puzzle de l’horlogerie.

LPP : Vous souvenez-vous de votre première montre ?

AM : Ma première belle montre est une Seiko Sport avec bracelet caoutchouc que je m’étais achetée à Hong Kong pendant un tour du monde avec sac à dos…

Interview-Alain-Marhic-March-LA.B-11

LPP : Où, quand et comment est né le projet March LA.B ?

AM : March LA.B est née en 2011 à Biarritz, de ma rencontre avec Jérome Mage, designer Français basé à Los Angeles. Et de mon association avec Joseph Chatel, ami de longue date qui m’a aidé à financer ce magnifique projet.

LPP : Pouvez-vous nous expliquer ce qui vous rattache à Los Angeles et à Biarritz ?

AM : Jérome habite depuis 25 ans à L.A. et moi depuis 25 ans à Biarritz. Ces deux villes sont mondialement connues. Opposées par leur style architectural, car classique et second empire pour Biarritz et plutôt moderniste pour LA. Mais identiques pour leur style de vie car liées à l’océan et au rythme du surf.

Interview-Alain-Marhic-March-LA.B-13

LPP : Le style de vos montres est très différent de ce que l’on croise habituellement sur le marché. Quelle est votre source d’inspiration ?

AM : La source est avant tout ce contraste de nos villes entre le classicisme et la modernité. Une base de produit classique et connue avec un twist de modernité. Un juste équilibre entre présent et passé. Un produit que nous qualifions de rétro-futuriste puisqu’ils s’inspire de l’histoire de la montre mais la revisite. Avec un gros faible pour les années 70 ou quand les courbes arrondies se sont vues cassées et perturbées par des angles acérés…