Cela faisait longtemps que nous voulions mettre la main sur une montre Mühle Glashütte. D’une part car c’est un horloger allemand reconnu, mais également car ces deux dernières années, nous sommes allés sur leur stand à Baselworld sans pour autant prendre le temps de leur parler. Nous avons finalement pris le taureau par les cornes pour mettre la main sur l’un de leurs modèles phares : la S.A.R. Rescue-Timer.

À propos de Mühle Glashütte

L’origine de cette manufacture remonte à 1869 lorsque Robert Mühle créa son entreprise dans la célèbre ville de Glashütte située tout près de Dresde dans l’Est de l’Allemagne. À ses débuts, la société produit des instrument de mesure pour les fabricants de montres de la ville pour ensuite s’atteler à des speedomètres, des compte-tours puis des horloges de voiture à partir de 1918. À trois reprises, l’entreprise fut nationalisée : en 1945 durant la Seconde Guerre Mondial, puis en 1950 et en 1972 durant l’ère du socialisme. En 1994, la société familiale fut rétablie sous le nom de « Mühle-Glashütte BmbH nautische Intrumente und Feinmechanik » par Hans-Jürgen Mühle, 4ème génération de la famille, pour assurer un succès grâce à la spécialisation dans la conception d’instruments nautiques. Ce n’est qu’en 1996 que les premières montres font leur apparition, à la demande d’un chantier naval qui voulait équiper les équipages de leurs bateaux. En 2000, la 5ème génération familiale prit les rennes de la société avec pour volonté de développer les montres-bracelets, dévoilant plus tard la S.A.R. Rescue, puis le premier mouvement manufacture en 2011. Aujourd’hui encore, Mühle Glashütte est gérée par un membre de la famille et compte 55 employés.

La S.A.R. Rescue-Timer

C’est en février 2002 que la toute première S.A.R. Rescue-Timer fut présentée aux capitaines Erwin Borchardt et Lutz Griesberge dans la station balnéaire de Warnemünde près de Rostock au Nord de l’Allemagne. Développée en collaboration avec les services allemands de recherche et sauvetage maritimes, soit l’équivalent du C.R.O.S.S., cette montre-outil avait pour but de résister à tous les challenges auxquels faisaient face les secouristes en mer et a équipé les membres des 56 navires de la flotte depuis. Cette montre n’a pas été développée pour plaire au grand public mais pour répondre aux besoins de professionnels avec pour objectif une grande résistance ainsi qu’une haute lisibilité. Ce n’est pas pour rien si 25 ans plus tard, la S.A.R. Rescue-Timer est encore en service !

Boîtier & verre

Le boîtier en acier inoxydable mesure 42mm de diamètre par 47,6mm de longueur corne-à-corne pour une épaisseur totale de 13,9mm (13,5mm sans compter le dépassement du verre). Des dimensions qui conviendront à la majorité des poignets, celui sur les photos de la galerie mesurant 17cm, soit relativement petit. De plus, avec une ouverture de cadran de 32mm, l’impression est moindre sur le poignet. Le boîtier est entièrement sablé pour limiter les reflets de lumière et les rayures, puis est surmonté d’un petit pare-chocs en caoutchouc créant un rappel avec le cadran. Malgré sa simplicité, sa forme est assez intéressante avec des cornes pleines protégeant les pompes pouvant accueillir des bracelets de 20mm de largeur, puis des flancs arrondis qui atténuent son côté géométrique. Les cornes descendent en courbe et sont percées avec un pas de vis.

Pour le coup, il vous faudra deux tournevis larges et très fins pour changer le bracelet. On apprécie particulièrement le verre saphir avec sa loupe cyclope intégrée dans ses 4mm d’épaisseur; ainsi le verre est complètement plat. Avec ce dernier, il est d’ailleurs étonnant que l’épaisseur de la montre ne soit pas plus impactée. Positionnée à 4 heures, la couronne de 6,9mm de diamètre est entièrement polie puis marquée d’un pictogramme de moulin à vent, un marquage utilisé depuis 1920 en référence au mot « mühle » signifiant « moulin » en allemang. Le tout est étanche à 1000 mètres, même s’il n’y pas de lunette unidirectionnelle ni de valve à helium, ce qui est surprenant mais compréhensible lorsque l’on sait que cette montre a été pensée pour un véritable usage professionnel : Mühle Glashütte ne joue donc pas la carte du marketing.

Cadran & aiguilles

Côté cadran, cette SAR Rescue-Timer se concentre sur la fonction avec un fond noir mat jonché d’épais index recouverts de SuperLuminova afin d’offrir une lisibilité optimale dans les environnements sombres. Les heures sont marquées par des index bâtons accotés de petits chiffres arabes pour les minutes, tandis que des repères triangulaires indiquent 3-6-9-12 heures, celui à midi étant inversé avec deux petits points façon montre flieger. On reconnaît la petite signature allemande ! Le tout est complété d’un chemin de fer très simple à bâtons blancs. Mis à part cela, rien d’extravagant : un guichet dateur rond à fond blanc à 4 heures, le logo Mühle Glashütte à midi, puis les mentions « 100 atm » et « made in Germany » à 6 heures. Petite note tout de même sur la date grossie à x1,5 par la loupe intégrée au verre qui se font parfaitement dans le décor et tout en rondeur. Pour les aiguilles, ce modèle dispose de glaives pour les heures et minutes, puis d’une trotteuse à pointe fléchée. Toutes sont en acier sablé et disposent d’une couche photoluminescente de SuperLuminova C3 au rendu vert éclatant (voir rendu dans la galerie en bas de page). Le résultat est simple mais propre et très bien exécuté.

Mouvement & réglages

Contrairement à beaucoup de marques, Mühle Glashütte ne se contente pas d’emboîter un mouvement. Très attachée à la solidité et à la précision, cette SAR Rescue-Timer ne fait pas impasse à la tradition. En effet, cette montre renferme un calibre Sellita SW200-1 personnalisé : réglage par col de pivert (woodpecker) avec balancier breveté, vis bleuies par la manufacture, traitement de surface avec soleillage et perlage façon Glashütte, puis masse oscillante sur-mesure. Le col de pivert notamment a été pensé pour offrir une meilleure résistance aux chocs. Le tout oscille à 28’800 alternances par heure, dispose de 38 heures de réserve de marche puis a été réglé dans 6 positions. Un travail loin d’être négligeable, surtout vu le prix.

Bracelet & confort

Pour ce qui a trait au bracelet, nous avons testé cette SAR Rescue-Timer sur un caoutchouc noir. Mühle Glashütte propose également un bracelet en acier dont les maillons centraux sont recouverts de caoutchouc, mais le style est tout de même très particulier. Bref. Malgré son épaisseur de 4,6mm s’affinant progressivement à 3,6mm, ce bracelet en caoutchouc est extrêmement souple et affiche un look très sportif avec des stries et une rainure centrale. Sa coupe sur-mesure partant de 25mm à la base pour arriver à 19mm au niveau de la boucle lui permet de parfaitement s’intégrer aux cornes plates, ce qui ne sera pas le cas si vous changez de bracelet. Comme tous les bracelets en caoutchouc, il vous faudra le couper pour l’ajuster à votre poignet : un cutter suffit et la procédure est très simple vu que le revers arbore des découpes pré-tracées.

Tout comme le boîtier, la boucle est en acier sablé. Cette boucle déployante au look standard est très longue puis renferme une extension de plongée qui se déploie en forçant la base vers l’extérieur. Sa longueur aide au confort car elle prend toute la base du poignet sans créer d’appui anguleux sur la peau. Avec ses dimensions, son bracelet et sa boucle, elle offre un très bon confort qui change des montres étanches à 1000 mètres, souvent massives. D’autant plus que la couronne positionnée à 4 heures participe à éviter les frottements contre le poignet.

Notre avis sur cette montre Mühle Glashütte

Cette montre SAR Rescue-Timer est un bel exemple de rigueur allemande. Pas de froufrous, Mühle Glashütte répond tout simplement aux besoins des professionnels et c’est ce que l’on aime. C’est une montre ultra-solide avec un design différent mais très sobre et une construction irréprochable. Dès la première prise en main, on comprend que c’est une montre construite pour durer qui encaissera les chocs sans broncher. On adore la loupe intégrée au verre, le pare-chocs faisant office de lunette ainsi que la personnalisation du mouvement qui va bien plus loin que la simple décoration. N’oublions pas non plus qu’il s’agit d’une montre possédant la renommée de Glashütte où l’on retrouve notamment A. Lange & Söhne, Nomos et Glashütte Original. Et c’est surtout une vraie « tool watch » utilisée par les sauveteurs allemands depuis plus de deux décennies. Côté prix, la version sur caoutchouc est proposée à 1790€ tandis que celle sur bracelet acier est à 1890€. C’est pas mal du tout.

Montre Mühle Glashütte SAR Rescue-Timer / Caractéristiques

  • Boîtier : Acier inoxydable / Finition brossée & polie
  • Largeur : 42mm
  • Longueur : 47,6mm
  • Épaisseur : 13,5mm
  • Entrecorne : 19mm
  • Type de verre : Saphir avec loupe
  • Mouvement : Automatique / Calibre SW 200-1 personnalisé
  • Bracelet : Caoutchouc noir avec extension de plongée
  • Boucle : Déployante / Finition sablée
  • Résistance à l’eau : 100ATM / 1000m
  • Garantie : 2 ans
  EN SAVOIR PLUS