Lancé en 2019, ce modèle est rapidement devenu un incontournable de la célèbre marque japonaise. Avec ses airs de Royal Oak, la référence GA-2100 s’est faite connue sous le nom de « CasiOak » par les amateurs. Aujourd’hui, nous passons un moment avec la déclinaison acier de cette montre, nous avons nommé la G-Shock GM-2100.

G-Shock : maître de la robustesse

C’est une marque incroyable. Même si elle n’a jamais eu pour objectif de séduire les amateurs de mécanique horlogère, elle a su toucher une corde sensible chez le grand public. Des militaires en passant par les professions du bâtiment, ou encore pour les sportifs, la proposition de G-Shock répond à un besoin de résistance qu’aucune autre marque n’a véritablement réussi à égaler. Elle règne en maître sur ce créneau unique, et nous portons nous-mêmes régulièrement notre DW-5600, réédition du modèle original de 1983, pour toute activité sportive ou trop risquée pour nos précieuses tocantes.

Boîtier

Son surnom n’est pas volé car avec sa lunette octogonale, cette G-Shock ne cache pas ses traits empruntés au célèbre garde-temps dessiné par le défunt Gérald Genta. Des lignes pertinentes qui trouvent encore plus de sens dans cette version acier. Avec un boîtier mesurant 44,4mm de largeur, elle se distingue de la plupart des montres de la marque qui nous a habitué à des gabarits hors-normes. Du haut de ses 12mm, c’est aussi la plus fine de toutes. Ces nouvelles proportions ont sans nul doute participé à son succès. Sa finition est aussi très intéressante avec un brossage circulaire sur toute la partie supérieure de la lunette, puis un polissage qui descend jusqu’au bas de la carrure avec au passage un brossage droit sur les côtés les plus exposés. De quoi limiter un maximum les micro-rayures, uniquement là où c’est pertinent. Le fond de boîte lui, fixé par 4 vis, est identique au reste de la gamme avec une finition également brossée verticalement. Le tout est recouvert d’un verre minéral, rayable donc, et conserve tout de même l’étanchéité de 20ATM.

Cadran

Même si pour beaucoup, G-Shock rime avec cadran digital, la marque aime aussi proposer des cadrans analogiques – ou plutôt hybrides – que nous retrouvons ici. Sur un fond gris anthracite à finition brossée tournent les aiguilles des heures et minutes, recouvertes d’une couche de Neobrite, un revêtement luminescent breveté par Casio. Les secondes elles, sont indiquées dans la partie inférieure du guichet digital situé à 4-5 heures tandis que la partie supérieure est dédiée à l’indication de la date (mois/jour) ou toute autre fonction sélectionnée. Le compteur à 9 heures lui, est doté d’une petite aiguille indiquant les jours, le calendrier automatique ne nécessitant aucune autre intervention une fois réglé. Des aiguilles jusqu’aux index moulés, tout est quasi-monochrome car la marque privilégie le style sans pour autant perdre de vue la fonction première de la montre. Grâce au côté surdimensionné propre aux G-Shock, tout est contrebalancé pour offrir une très bonne lisibilité.

Fonctions

À chaque coin du boîtier se trouve un bouton-poussoir. « Light » illumine le cadran grâce à une petite LED accotée à l’index à 5 heures, « Start » permet de lancer/arrêter le chronomètre précis à 1/100 de seconde et sur 24 heures maximum, « Adjust » de procéder aux réglages dans certaines fonctions ou de remettre à zéro le chronomètre, puis « Mode » de parcourir les fonctions de la montre. Celles-ci défilent dans le guichet digital : « Time » pour l’indication de jour/date et des secondes, « WT » pour world time afin d’indiquer un second fuseau au lieu de la date, « STW » pour stopwatch afin d’utiliser le chronomètre, « TMR » pour déclencher un compte à rebours à la seconde près et sur 24 heures maximum, et enfin « ALM » pour paramétrer jusqu’à 5 alarmes quotidiennes. C’est simple et très efficace.

Mouvement & bracelet

À l’intérieur de cette montre, on retrouve le module 5611 développé par Casio qui offre les fonctions listées ci-haut. Il est alimenté par 2 piles SR726W qui offrent environ 3 ans d’autonomie (si vous n’utilisez l’éclairage LED qu’une seule fois par jour ainsi que le chronomètre moins de 10 secondes par jour). Quoi qu’il en soit, c’est amplement suffisant. Côté précision, sans surprise vu qu’il s’agit d’une montre digitale, le mouvement ne dévie que de +/- 15 secondes par mois. Comme beaucoup de modèles haut de gamme signés G-Shock, le bracelet est fixé par des vis à têtes hexagonales. Celui-ci est moulé en résine, souple et durable, avec un motif carreauté créant un léger relief rugueux au toucher. Rien d’extravagant au niveau de la boucle ardillon qui elle, est des plus standard.

Notre avis sur cette montre G-Shock

Difficile de ne pas aimer cette G-Shock, du moins si c’est votre tasse de thé. Cela nous ferait mal au coeur de reléguer notre DW5600 au placard, mais il faut dire que la GM-2100 a de quoi séduire. Le charme de l’acier couplé aux finitions que l’on peut retrouver sur de vraies tocantes, le côté racé et stylé évoquant un luxe inaccessible, ainsi que son prix en font une excellente candidate pour les fêtes de fin d’année. On irait pas jusqu’à la porter tous les jours – notre passion pour la mécanique est bien trop forte – mais pour une fois, on a envie de la porter même lorsque la situation ne nécessite pas une montre ultra-robuste. Si seulement elle pouvait être alimentée par énergie solaire et peut-être même radio-pilotée, elle serait parfaite. Son prix : 199€

Montre G-Shock GM-2100-1AER / Caractéristiques

  • Boîtier : Acier inoxydable / Finition polie & brossée
  • Largeur : 44,4mm
  • Longueur : 49,3mm
  • Épaisseur : 11,8mm
  • Type de verre : Verre minéral
  • Illuminateur : LED
  • Mouvement : Quartz
  • Autonomie : 3 ans
  • Bracelet : Résine
  • Boucle : Ardillon
  • Résistance à l’eau : 20ATM / 200m
  • Type de fermoir : Boucle déployante
   DISPONIBLE ICI  / DÈS 199€