C’est un projet qui pourrait bien révolutionner le marché de seconde main, et même plus. Une technologie dans l’ère du temps qui vous permet de protéger vos montres, à l’achat/revente comme auprès de votre assureur pour la vie de tous les jours. Mais les possibilités offertes par cette solution utilisant la Blockchain sont encore plus vastes et pourraient aller jusqu’à changer la relation que les marques ont avec leurs clients. Aujourd’hui, nous échangeons avec Marc Ambrus, cofondateur et CEO de Watch Certificate™️ qui nous explique ce concept audacieux.

LPP : En quelques mots, qui est Marc Ambrus ?

MA : Un entrepreneur, un collectionneur, un voyageur, un contemplatif, un amoureux des arts au sens large.

LPP : Quand as-tu commencé à t’intéresser aux montres ? 

MA : Très jeune en fait, je me suis intéressé aux montres que portaient mes parents, mes grands parents. Cet objet exerçait sur moi une fascination, je ne savais rien des marques mais les cadrans et l’imaginaire véhiculé par les rouages que ceux-ci abritaient me donnait soif de connaissance. Lorsque j’ai vu les temps modernes avec Chaplin, les engrenages et les rouages montrés dans ce film n’ont fait que décupler mon intérêt pour l’univers horloger.

LPP : Petit retour en enfance : te souviens-tu de ta toute première montre ?

MA : Je me souviens d’avoir appris à lire l’heure avant 5 ans sur la montre de mon grand père, un chronographe en or Omega des années 50. Ma première montre fut à pile, une montre à LED rouges qui devait être une Hamilton dans les années 70 !

LPP : Aujourd’hui, tu es à la tête de Watch Certificate™️. Mais que faisais-tu avant ?

MA : Avant de mettre un pied dans cette aventure, j’ai créé notamment Ticketac.com, l’un des leaders de la billetterie spectacle online, acquis depuis par le Groupe Figaro.

LPP : Revenons à nos moutons : comment est né ce projet hors du commun ?

MA : Je suis rentré comme sleeping partner dans Tradee qui était à la base une plateforme de vente et d’échange de montres de seconde main. En me penchant de plus près sur le business modèle je me suis rendu compte avec l’équipe que la difficulté majeure était que cet écosystème reposait sur la confiance et non sur la connaissance. Quand on achète une voiture on obtient une carte grise, on réalise un contrôle technique, et pour une montre, rien. À moins d’être soi-même un expert on s’expose à ce que l’achat plaisir devienne potentiellement un cauchemar, si par exemple on découvre plus tard que la montre n’est pas née avec son cadran, que les aiguilles ont été changées, ou encore que le numéro de série est incompatible avec l’année du modèle. Ou tout simplement que la montre est un clone, à savoir une contrefaçon. Nous nous sommes naturellement dit avec mon associé Guillaume Kuntz qu’il était nécessaire d’agir en créant une norme qui atteste d’un nombre de critères suffisants pour mettre en totale confiance un vendeur et un acheteur. De là est venue l’idée du Watch Certificate™️, un peu comme un juge de paix.

LPP : Pour beaucoup, les NFT (et même les cryptomonnaies) sont très abstraits. Peux-tu nous expliquer en quoi la blockchain va nous permettre de protéger nos montres ?

MA : NFT est le nom donné à un type d’actif numérique de la blockchain, sauf qu’à la différence des monnaies comme le Bitcoin, NFT signifie que chaque actif est unique. Et comme chaque montre est unique, notamment grâce à leurs numéros de série, c’est la raison pour laquelle nous utilisons cette technologie.

Grâce à ce double numérique, l’historique de chaque montre est consigné, infalsifiable et vérifiable – ce qui a deux vertus immédiates pour les collectionneurs : être rassuré quand ils achètent une montre, et la valoriser lorsqu’ils la revendent. En effet on a constaté que les documents (en papier) d’une montre font augmenter sa valeur de 5 à 20% – Watch Certificate™️ va bien au delà d’un certificat papier traditionnel puisqu’il inclue 53 points de contrôles, des photos haute définition.

Enfin un point primordial est que le NFT Watch Certificate™️ est évolutif : tous les horlogers agréés mettent à jour le certificat avec de nouvelles photos à chaque maintenance ou changement de propriétaire. Ceci participe à valoriser la montre au fil du temps en écrivant son histoire.

LPP : Si nous désirons créer un Watch Certificate™️ demain, sur Paris par exemple, quelles sont les étapes à suivre ?

MA : Dans un premier temps on consulte notre page internet pour trouver le partenaire agréé le plus proche (parmi les 30 affiliés à ce jour) et prendre rendez-vous avec lui afin de lui déposer la montre pour qu’il réalise le Watch Certificate™️ (montre, papiers, boîte, et tout accessoire seront ensuite photographiés et répertoriés). L’horloger réalise une inspection physique du garde-temps, crée son profil numérique puis restitue la montre à son propriétaire.

À l’issue de cette inspection physique, un expert indépendant intervient à distance pour finaliser la certification, notamment en précisant la valeur de marché du garde-temps. Notre système garantit l’anonymat. Il ne peut donc y avoir de connivence entre les différents intervenants au cours du process. Avant l’émission du Watch Certificate™️, les bases de données de référence au niveau mondial sont systématiquement interrogées afin de vérifier le statut de la montre (opposition, vol etc).

Nos experts valident ensuite le Watch Certificate™️ ainsi établi, généralement sous deux jours ouvrés. Ce process peut être rallongé pour certaines pièces uniques ou d’exception. Le délai est toujours confirmé en amont de l’expertise.

LPP : Et pourquoi les prix du service varient selon la valeur de la montre ?

MA : Les services attachés au Watch Certificate™️ varient selon le prix de celui-ci. L’expertise d’une montre requiert des interventions différentes en fonction des niveaux de chaque certificat. Chaque niveau de certificat a été conçu pour convenir parfaitement aux références de montres qu’il englobe.

LPP : Sur ton site, il est mentionné que cela garantit la valeur d’une montre auprès d’un assureur. Est-ce aussi le cas si celle-ci a pris de la valeur depuis son achat ?

MA : Absolument le Watch Certificate™️ est un certificat dynamique. On suggère à son titulaire de demander une mise à jour de la valeur de sa montre quand celui-ci en a besoin, par exemple dans le cas d’une revente ou de la souscription d’une assurance en valeur agréée. Rappelons ici que le service d’assurance en valeur agréé proposé par Watch Certificate™️ fonctionne dès l’achat d’une montre neuve chez un distributeur ou une marque. La montre est parfois assurée au double de son prix d’achat, le jour même de celui-ci !

LPP : Et si on perd la carte physique, comment fait-on pour retrouver son certificat ?

MA : Le certificat est gravé de manière indélébile dans la blockchain, on ne perd qu’une carte physique qui sera immédiatement mise en opposition comme une carte bancaire classique. La carte digitale reste accessible et consultable dans le wallet de son titulaire et demeure inviolable.

LPP : Par curiosité, quel est le profil type de ces « early adopters » qui ont utilisé ton service ?

MA : De nombreux collectionneurs, des curieux, des passionnés soucieux de défendre les valeurs de l’horlogerie et de protéger leur collection. Mais également les néophytes qui ont besoin d’être accompagnés et rassurés lors d’un premier achat.

Les propriétaires de montres réalisent très vite les bénéficies du Watch Certificate™️ lors de sa première utilisation. Ainsi ils peuvent suivre l’évolution et l’entretien de leur collection à travers le Watch Certificate™️, assurer simplement les montres qu’ils souhaitent, faire opposition si une montre est volée, simplifier les formalités de police et de déclaration à l’assureur en cas de sinistre.

C’est aussi un titre de propriété qui est très utile aux grands voyageurs lors de leurs déplacements.

LPP : C’est un projet qui pourrait changer beaucoup de choses (notamment pour les cartes de garantie). Comment vois-tu le futur de l’entreprise ?

MA : Dès lors que les marques adoptent Watch Certificate™️, leurs cycles de production et d’après-vente sont simplifiés : dès la sortie de manufacture la montre est accompagnée de son Watch Certificate™️ et celui-ci, véritable carnet de santé de la montre la suivra tout au long de sa vie. Réparations, dommages, revente et autres événements seront consignés dans la mémoire numérique du Watch Certificate™️.

Watch Certificate™️ crée du lien entre les manufactures et toutes les pièces en circulation sur le marché, y compris celles issues du marché de seconde main. Chaque marque dispose désormais grâce à Watch Certificate™️ d’un canal de communication unique avec la montre (et ses propriétaires successifs) tout au long de son parcours de vie, tout en respectant les données personnelles de chacun.

LPP : Et sinon, à part entreprendre, as-tu d’autres passions dans la vie ?

MA : En effet, l’horlogerie, l’art contemporain et les voyages sont mes principaux moteurs. J’aime à penser que je suis un esthète, sensible à la beauté.

LPP : Un petit teaser pour la fin ? Une actualité croustillante ?

MA : Watch Certificate™️ fait son entrée chez Christie’s à l’occasion des grandes ventes de Genève en novembre prochain. Les deux top lots de la vente seront une 6263 Paul Newman lemon « The Legend » estimée à plus de 3M€ et une Patek 1518 en or rose co-signée par Cartier, un full set qui devrait dépasser les 2M€. Cerise sur le gâteau ces deux tops lots seront accompagnés chacun d’un Watch Certificate™️ qui portera le logo de Christie’s…

Visiter le site officiel de Watch Certificate.