Voici une marque que nous avons dans le viseur depuis quelques temps. D’abord parce que nous partageons un amour commun pour les montres abordables, mais aussi parce que sur le papier, elle semble cocher toutes les bonnes cases. Du design au prix en passant par son contenu de marque, Echo/Neutra fait un travail remarquable. Il y a quelques mois, leur nouveau modèle Averau 39 Moon phase PVD Black avait fait mouche dans la blogosphère. Aujourd’hui, nous passons en revue un de leurs modèles phares, nous avons sommé la Cortina 1956 3 Hands.

Echo/Neutra : design italien, fabrication suisse

L’Italie est un bassin horloger discret mais prospère. La botte méditerranéenne est connue pour Panerai et Bulgari, même si elle nous fait également penser à des marques plus confidentielles telles que Squale, Anonimo ou encore U-Boat. Echo/Neutra est relativement différente. Fondée en 2019 par Nicola Callegaro, designer et expert en communication, puis Cristiano Quaglia, ingénieur dans l’aérospatial, la marque latine n’affiche pas des garde-temps au design radical, mais revisite plutôt des classiques de l’horlogerie. Leur projet est né dans les Dolomites, un massif montagneux des Préalpes situé au Nord de Venise, petit bout d’histoire et d’inspiration que l’on retrouve au travers de leurs créations. Ces dernières témoignent d’une attention au détail remarquable, tandis que leur production est assurée en Suisse afin que la qualité soit au rendez-vous. La collection qui nous intéresse aujourd’hui, soit Cortina 1956, rend hommage aux Jeux Olympiques d’Hiver s’étant tenus à Cortina d’Ampezzo, pour un résultat jonglant entre style vintage et sportivité.

Boîtier

Commençons par le boîtier de cette Cortina. Ses proportions correspondent en tout point aux standards idéaux du marché : 40mm de largeur, 46mm de longueur, 11,9mm d’épaisseur (verre saphir ultra-bombé inclus). Au poignet, c’est discret et confortable, même pour les petits poignets. Majoritairement brossé, ce boîtier affiche des arêtes fortement biseautées créant un effet plongeant sur le poignet et ajoutant une touche d’élégance avec la finition polie. Cela amincit par la même occasion les cornes d’une carrure déjà fine. La lunette fixe est également polie et surmontée d’un insert en céramique aux marquages beiges luminescents, avec pour marqueur de référence une petite chaîne de montagnes, emblème de la marque. La couronne elle, est aussi marquée de ces petites montagnes, avec une taille moyenne pour une prise en main agréable; celle-ci est vissée, normal vu l’étanchéité de 100 mètres.  Le fond lui, est plein et vissé, avec un immense marquage « 1956 » en relief poli renfermé dans un badge sablé, tout comme les mentions technique. Cela change de ce que l’on voit habituellement; c’est original mais tout en subtilité.

Cadran

Le fond de cadran noir a été laqué pour un rendu étincelant qui peaufine le côté élégant de la montre. Les index eux, sont beiges et seules les aiguilles sont jonchées de SuperLumiNova Old Radium au rendu photoluminescent vert. On aime le fait que leur embase se confonde avec le fond de cadran, créant un effet furtif, puis que l’aiguille des heures adopte la même forme que toutes les autres montres du catalogue telle une signature. Même chose pour la trotteuse dont la pointe est rouge et blanche. Les points cardinaux sont jonchés de grands chiffres arabes puis du logo spécialement conçu pour la collection à 6 heures. Les autres index des heures sont élancés et discrètement accompagnés des marquages de 13 à 24 heures pour l’après-midi à leur embase. Petit clin d’oeil à la mention « automatic » située sous le logo Echo/Neutra qui fait écho à celle de la Speedmaster sortie en 1957, soit une année après les JO de Cortina d’Ampezzo. Rien à dire au niveau de la lisibilité, c’est simple et plutôt efficace même si notre oeil est plutôt habitué aux index épais.

Mouvement

Le mouvement qui anime cette montre est bien évidemment suisse. Moins connu que le fameux duo ETA/Sellita, ce STP1-11 souffre d’un manque de reconnaissance et de recul, même si nous le connaissons bien car nous l’avons fait tester/analyser par un horloger par le passé. C’est un mouvement automatique développé par la société Swiss Technology Production, fondée en 2006 et rachetée par le groupe Fossil en 2012, oscillant à 28’800A/h, doté de 26 rubis, d’un système antichoc, d’un rotor avec roulements à billes et offrant 44 heures de réserve de marche. Sa déviation est dans les normes suisse, soit -0/+15 secondes par jour. Et même si le fond de boîte est plein, Echo/Neutra a tout de même travaillé la masse oscillante avec au menu un petit squelettage et un traitement de surface noir, sans oublier une gravure pour le nom de marque.

Bracelets

Continuons avec le, ou plutôt les bracelets. Cette Cortina 1956 est livrée avec deux bracelets, chacun pouvant être sélectionné à l’achat avec un premier étanche (ici tropic en silicone) puis un second pour le style (ici un cuir vintage avec des coutures italiennes). Le premier est un classique du genre, très souple et confortable, fabriqué en Italie et marqué du nom du sigle de la collection. Le second est aussi très réussi avec un grain très particulier qui transpire le vintage, relativement épais. Les deux mesurent 20mm à l’entrecorne puis s’affinent à 18mm au niveau de la boucle, un standard qui ravira ceux d’entre vous aimant changer de bracelet comme de chemise. Chacun est livré avec sa boucle, ce qui justifie doublement la présence d’un outil de pose/dépose. La boucle principale est moderne et très bien dessinée avec un biseau poli faisant écho au boîtier, tandis que la seconde est un standard pour un bracelet tropic. C’est un avis personnel, mais même si les pompes rapides sont très pratiques, on préfère largement le charme d’une barrette à l’ancienne.

Écrin

C’est toujours la petite cerise sur le gâteau, mais pour nous, l’écrin témoigne aussi de l’envie de la marque de faire plaisir et de créer une expérience. Car ce sont des dépenses qui ont inévitablement un impact sur le prix de vente ou sur la marge. Et quand le prix est excellent comme ici, on comprend très vite qui a fait le sacrifice. À ce niveau là, Echo/Neutra ne déçoit pas, loin de là. L’écrin est une belle boite en bois renfermant la montre montée sur un bracelet, un bracelet supplémentaire, un outil, deux pompes de rechange, une boucle supplémentaire polie, un chiffon microfibre, une carte de garantie, un manuel d’utilisation très complet, ainsi qu’une belle carte de remerciement. L’exécution de chaque élément est irréprochable, on ne s’attend pas à tout ça dans cette gamme de prix.

Notre avis sur cette montre Echo/Neutra

Nos attentes étaient élevées, et celles-ci ont été atteintes dès l’ouverture de l’écrin. Pas besoin de retourner la montre dans tous les sens pour comprendre que les fondateurs ont visé l’excellence. Dans cette gamme de prix, ce que la marque nous livre est tout bonnement bluffant. Tout a été pensé dans les moindres détails et à tous les niveaux. La montre est superbe et elle raconte une histoire qui a du sens. C’est un habile mélange de passé et de présent qu’on se verrait porter au quotidien. Vu la livrée et à 740€, c’est presque une affaire. Donc si comme nous vous avez un coup de coeur, foncez !

Montre Echo/Neutra Cortina 1956 3 Hands / Caractéristiques

  • Boîtier : Acier inoxydable 316L / Finition polie & brossée
  • Largeur : 40mm
  • Longueur : 46mm
  • Épaisseur : 11,9mm
  • Entrecorne : 20mm
  • Photoluminescence : Oui (sur aiguilles & lunette) / SuperLumiNova Old Radium
  • Type de verre : Verre saphir bombé
  • Insert de lunette : Céramique
  • Fond de boîte : Plein
  • Mouvement : Automatique / Calibre STP1-11
  • Réserve de marche : 44 heures
  • Bracelet : NATO en nylon
  • Boucle : Ardillon
  • Résistance à l’eau : 10 ATM / 100 mètres
  • Garantie : 2 ans
   DISPONIBLE ICI   /  740€