Il y a deux mois à peine, nous avons découvert la marque Davosa. Peu connue en France malgré une trentaine de revendeurs, cette marque suisse a été créée en 1987, même si l’histoire familiale dans l’horlogerie remonte à 1881. Loin des contraintes de distribution de masse, cette petite manufacture propose des garde-temps à un excellent rapport qualité-prix avec production fondée des contrôles poussés afin de garantir une haute qualité tout en affichant le label « Swiss Made ». Tous les modèles mécaniques sont équipés de mouvement ETA, les mêmes que vous retrouverez dans des marques telles que Alpina, Bell&Ross, Eterna, Hamilton et bien d’autres. Pour la grande majorité des collections, une fois la série distribuée, rares sont celles qui sont reconduites. C’est un gros plus si vous recherchez une montre que vous ne croiserez pas sur le poignet d’un autre.

Test-Montre-Davosa-Ternos-Professional-Automatic-14

La Ternos Professional Automatic

En grands amateurs de plongeuses, nous nous sommes naturellement tournés vers la collection Ternos. Mais c’est le modèle Ternos Professional Automatic qui nous a tapé dans l’oeil. Pourquoi ? Outre son look de Submariner que nous aimons tant (hochement de tête des puristes) ou son mouvement ETA, c’est son étanchéité de 500 mètres et sa valve à hélium qui nous ont séduit. Pour les rêveurs de Deep Sea Dweller, ce peut donc être un bon point de départ. Ici, pas d’histoire, c’est clairement une montre proche de l’hommage. Afin de ne pas trop s’approcher de la vraie, nous avons choisi la version bleue, un coloris qui ne créera pas une seule seconde l’illusion avec les amateurs. Nous avons mentionné la valve à hélium, faisons une petite piqûre de rappel histoire de ne perdre personne en chemin. Développé spécifiquement pour les plongeurs professionnels qui travaillent à partir de caissons de plongée (étant remplis d’un mélange d’hélium et d’oxygène), cette solution permet d’évacuer ce gaz léger dont les molécules sont plus fines que l’oxygène qui pourraient ainsi soulever le verre à cause de la pression, notamment lors des remontées. De manière automatique, ce problème est donc évité. Bon d’accord, cela ne vous sera jamais utile, mais on apprécie la technicité.

Test-Montre-Davosa-Ternos-Professional-Automatic-6

Boîtier

Revenons à la montre en elle-même et commençons par le boîtier. Celui-ci est évidemment en acier inoxydable, mesurant 42mm de diamètre pour une épaisseur de 15,5mm. La longueur corne à corne elle, fait quasiment 50mm. Ce sont des dimensions plus grosses qu’une traditionnelle Submariner, similaires à une Steinhart Ocean 1, et plus petites qu’une Deep Sea Dweller. Ce n’est donc pas une petite montre, mais pas non plus un gros calibre. Pour référence, le poignet sur les photos fait 16,5mm de circonférence, petit donc. La carrure est assez fine, la hauteur globale étant le résultat d’une épaisse lunette et d’un épais fond de boîte, accentuée par un verre légèrement bombé. Côté finitions, la carrure est polie sur les flancs et sur le dessous, puis brossée en biais sur la partie supérieure. La lunette tournante est en céramique, bleue avec une police plutôt grasse, et un discret marqueur blanc en relief positionné sur un large triangle. Elle est un peu difficile à tourner, rien de grave, il faut simplement prendre le coup de main en appuyant un peu sur le dessus. La couronne est vissée et partiellement couverte par un protège-couronne. Polie sur l’extérieur et marqué du logo de la marque, elle est assez large mais ne provoque aucune gêne sur le poignet.

Test-Montre-Davosa-Ternos-Professional-Automatic-15

Cadran

Passons maintenant au cadran. Vous le voyez ci-dessous, il est extrêmement joueur avec la lumière et provoque de sublimes reflets grâce à une combinaison de bleu à effet rayon de soleil et de traitement anti-reflets au rendu quasi-mauve. Les index des heures sont blancs, couverts de matière luminescente, avec des bords en métal polis. Le chemin de fer des minutes/secondes est aussi blanc et collé sur les bords du cadran. Clairement, le rendu est identique à la Submariner. En revanche le guichet de date à 3 heures est entouré d’un fin rectangle blanc et n’est pas accompagné du fameux cyclope sur le verre. Un point de plus pour Davosa qui s’efforce de créer des différences. Côté aiguilles, rien de spécifique à signaler : une aiguille « Mercedes » pour les heures, une glaive pour les minutes, et une seconde avec une pointe ronde, toutes avec une finition polie et une couche luminescente blanche. Le logo de la marque est apposé à 12 heures alors que le nom du modèle, l’étanchéité et le type de mouvement sont mentionnés à 6 heures. Le tout est protégé par un verre saphir très légèrement bombé dont les bords dépassent d »environ un demi-millimètre de la lunette.

Test-Montre-Davosa-Ternos-Professional-Automatic-2

Mouvement & bracelet

La montre est animée par un mouvement mécanique à remontage automatique, le fameux ETA 2824-2. C’est probablement le mouvement automatique suisse le plus répandu, une sorte de tracteur que nous croisons très régulièrement. Très fiable et durable, celui-ci oscille à 28’800 A/h, est équipé de 25 rubis et dispose d’une réserve de marche d’environ 38 heures. Finissons par le bracelet en acier au style Oyster. Nous en avons beaucoup vu, mais les maillons de celui-ci sont très fidèles au niveau des dimensions. Ils sont fins, le brossage vertical est réussi et les côtés sont polis, créant ainsi une continuité avec le polissage de la carrure. La boucle déployante, simple, possède un fermoir de sécurité ainsi qu’une extension pour la plongée. Celle-ci est entièrement brossée sauf pour l’extension, non visible lorsque portée, qui elle est polie. Davosa joue le jeu de la plongeuse jusqu’au bout.

Test-Montre-Davosa-Ternos-Professional-Automatic-13

Notre avis sur cette montre Davosa

En conclusion, c’est une montre vraiment très intéressante. Pas surprenante car elle reprend des codes classiques et respecte toutes les exigences d’une plongeuse digne de ce nom, mais elle est bien construite et surtout bien finie. Alors oui, on peut la considérer comme une montre hommage, mais elle fait ce qu’il faut pour ne pas non plus trop ressembler à une Submariner. À ce prix là, on n’en attend pas moins. Son style est assez versatile pour vous accompagner au bureau, ses dimensions étant assez modérées pour se faufiler sous une manche de chemise, ainsi qu’en virée aquatique sans réelle limite de profondeur. Si vous aimez la jouer en mode bouteille, vous serez donc ravi. Vous l’avez probablement remarqué, la montre est livrée dans un écrin de qualité en bois laqué noir avec un intérieur en simili-cuir crème; ça fait toujours plaisir. Côté prix, au vu de la prestation, il sera difficilement possible de trouver mieux, même si en creusant c’est toujours une possibilité. En effet, il vous faudra débourser 748€ pour cette montre de plongée « Swiss Made ». C’est donc un budget à prévoir mais un très bon rapport qualité/prix pour une montre qui mérite vraiment un coup d’oeil.

Test-Montre-Davosa-Ternos-Professional-Automatic-4

Montre Davosa Ternos Professional / Caractéristiques

  • Boîtier : Acier inoxydable
  • Diamètre : 42mm
  • Épaisseur : 15,5mm
  • Type de verre : Verre saphir
  • Mouvement : Automatique calibre ETA 2824-2
  • Résistance à l’eau : 50ATM / 500m
  • Type de fermoir : Boucle déployante / Extension plongée
DISPONIBLE ICI  /  748€