Ce n’est pas la première fois que nous vous parlons de Oris et c’est loin d’être la dernière fois. Ce n’est pas non plus la première fois que nous vous parlons de la Aquis, et pour cause : c’est la collection la plus populaire de cette marque suisse que nous affectionnons tout particulièrement. Aujourd’hui donc, c’est en toute logique que nous passons en revue la nouvelle version du modèle Aquis Date dans sa toute nouvelle robe bleue. Un modèle devenu incontournable pour les amateurs de plongée !

Oris en bref

Si vous ne connaissez par Oris, il est temps de mettre vos connaissances à jour. C’est avec le rachat de l’usine de montres Lohner &Co dans la ville d’Hölstein en 1904 par Paul Cattin et George Christian que la marque est née. Nommée après un ruisseau voisin, Oris a connu une forte croissance jusqu’en 1925, comptant alors 6 usines à son actif. À cette même période, la société commence à transformer ses montres à gousset en montres-bracelets grâce à l’ajout de simples attaches. En 1938 naît le modèle Big Crown, en 1952 le premier calibre maison puis en 1965 la première montre de plongée de la marque, la fameuse Sixty-Five.

Le premier chronographe Oris voit le jour en 1968, décrochant par la même occasion le prestigieux certificat de chronomètre de l’Observatoire Astronomique de Neuchâtel puis la première montre dédiée aux sports automobiles, l’emblématique Chronoris, arrive sur le marché en 1970. En pleine crise du quartz, la société se fait racheter par plusieurs de ses cadres qui décident de se concentrer sur les montres mécaniques. Un pari risqué pour l’époque mais qui finit par payer vu le succès que connaît encore la marque aujourd’hui.

La collection Aquis

Même si la marque produit des montres de plongée depuis les années 60, ce n’est que 30 ans plus tard que les prémices de l’Aquis ont commencé à faire surface avec l’apparition du modèle « Full Steel » dont l’évolution donnera naissance à la collection que nous connaissons aujourd’hui. Depuis l’année dernière, Oris a réinterprété son modèle iconique en lui donnant une touche toute aussi sportive mais plus élégante. Cette véritable toolwatch pensée pour les amateurs de plongée affiche désormais une carrure plus élancée, un protège-couronne aminci tandis que la prise en main de la lunette est facilitée grâce à l’apparition d’un petit espace vide marquant la séparation avec le haut de la carrure. Une mise à jour intelligente qui permet d’élargir le public de cette montre populaire.

Boîtier & verre

Cette montre dispose d’un boîtier en acier inoxydable mesurant 43,5mm de diamètre (hors protège-couronne) par 50mm de longueur corne à corne pour une épaisseur de 13,1mm. Des dimensions très correctes qui conviendront à la majorité des poignets même si celles-ci peuvent s’avérer un peu trop grandes pour les plus petits poignets. La carrure est presque entièrement brossée, sauf sur le dessus des cornes, tandis que la lunette unidirectionnelle disposant d’un insert en céramique est polie. Celle-ci fait 120 clics, est un peu dure à tourner mais ne présente aucun jeu.

Ensuite, on remarque la présence de vis dans les cornes, Oris ayant fait le choix de remplacer les traditionnelles pompes par un système plus solide. En revanche, cela rendra plus complexe le changement de bracelet, d’autant plus que les cornes très larges ne permettent pas l’utilisation de bracelets standards. Malgré une étanchéité de 300 mètres, le fond de boîte est transparent, doté d’un verre saphir afin de dévoiler la masse oscillante rouge, signature de la marque. Sans surprise, la couronne est vissée, puis est très facile à prendre en main grâce à son diamètre et à ses larges cannelures. Le tout est coiffé d’un verre saphir légèrement bombé puis traité anti-reflets sur la face intérieur.

Cadran & aiguilles

Côté cadran, cette montre Oris affiche un fond bleu marine surprenant. Sa couleur atypique combinée à un soleillage extrêmement fin donne vie à des jeux de reflets rappelant les profondeurs marines, le résultat étant tout bonnement superbe. D’épais index appliqués jonchent ce cadran, mélangeant polissage et SuperLuminova BGW9 dont le puissant rendu luminescent est bleu (voir rendu en galerie ci-bas). Ceux-ci sont différents des anciens modèles, plats et moins pointus tandis que les aiguilles principales sont plus anguleuses puis que la trotteuse lollipop conserve sa place. Pour finir, on y retrouve un guichet dateur à fond noir à 6 heures qui se fond parfaitement dans ce cadran. Globalement, c’est simple, fonctionnel et subtilement différent.

Mouvement & réglage

Sous le capot, on découvre un mouvement automatique, calibre Oris 733. Il s’agit d’un calibre Sellita SW200-1 dont la masse oscillante a été modifiée. Celui-ci oscille à 28’800 alternances par heure et offre 38 heures de réserve de marche. Il dispose d’une fonction stop-seconde et d’un système anti-chocs Novodiac. Côté précision, ce mouvement dévie quotidiennement de -/+ 12 secondes par jour. Pour le remonter pleinement, il suffit de dévisser la couronne puis d’effectuer 27 tours avec la tige de remontoir. Pour vous donner une idée du nombre de tours que cela représente via la masse oscillante, cela fait 1’250. Ensuite, en position 2, vous pourrez régler la date en tournant dans le sens horaire, tandis que l’heure se règlera en position 3.

Bracelet & confort

Pour ce qui a trait aux bracelets, Oris propose de nombreuses options. De notre côté, nous avons essayé cette Aquis Date sur un caoutchouc bleu foncé doté d’une boucle déployante avec un système d’extension breveté nommé Sliding Ledge. Grâce à deux petits boutons-poussoirs situés sur les flancs de la boucle, le bracelet peut être ajusté sur environ 1,6cm pour pouvoir s’accommoder au-dessus d’une combinaison de plongée. Le tout dispose d’une ancre de sécurité permettant d’éviter à la montre de glisser du poignet. Le bracelet est souple et doux, agréable dès le premier porté, avec une forme s’affinant à 17,7mm au niveau de la boucle. Si vous avez un petit poignet, il vous faudra couper la partie boucle; mais ne vous inquiétez pas, des rainures ont été prévues pour vous faciliter la tâche. C’est une montre assez légère et très agréable au poignet qui ne provoque aucune gêne.

Notre avis sur cette montre Oris

C’est un garde-temps franchement réussi. Avec l’Aquis Date, Oris signe une toolwatch de luxe abordable. Tant au niveau des finitions que du design, tout est bien pensé et bien exécuté. Et malgré son look de plongeuse traditionnelle, elle se forge sa propre identité avec un foule de détails propres à la marque. Si son seul bémol est sa taille, car si vous avez de petits poignets ce pourrait être problématique, sachez que la marque propose depuis quelques jours une version en 39,5mm. Bref, si vous ne l’avez pas encore compris, on la recommande les yeux fermés à tout ceux recherchant une montre de plongée à moins de 2000€. Plus qu’un choix logique, c’est un bon choix.

Montre Oris Aquis Date / Caractéristiques

  • Boîtier : Acier inoxydable / Finition brossée & polie
  • Largeur : 43,5mm
  • Longueur : 50mm
  • Épaisseur : 13,1mm
  • Entrecorne : 11,5mm / 24mm
  • Type de verre : Saphir bombé
  • Mouvement : Automatique / Calibre Oris 733 (base Sellita SW 200-1)
  • Bracelet : Caoutchouc bleu
  • Boucle : Déployante avec extension de plongée / Finition brossée & polie
  • Résistance à l’eau : 30ATM / 300m
  • Garantie : 2 ans
  EN SAVOIR PLUS   /   1600€